Rechercher
  • Yves-Landry Kouamé

Ce monde sauvage au symbolisme édifiant


© Blog Etre sensible à son environnement


Du règne animal au règne végétal, le monde sauvage regorge de valeurs précieuses. Ces espèces naturelles que nous nous appliquons à détruire sans connaitre, nous enseignent des leçons qu’aucune pédagogie ne saurait nous inculquer.


Entraide, fidélité et courage, autant de valeurs, apanage des grands esprits, vous ne les verrez aucunement dans leurs véritables parangons que dans l’observation de cette nature merveilleuse dont il ne reste que quelques essences.


L’hirondelle, symbole de fidélité



La fidélité, ce n’est pas le renard c’est sûr ! « Chipeur arrête de chiper » disait Dora l’exploratrice pour freiner l’élan du rusé, sournois et trompeur renard redouté, dans le dessin animé qui a bercé notre adolescence. Les plus fidèles ne sont pas toujours les plus robustes, les plus spectaculaires, encore moins les plus bavards comme les charognards vautours. Dans cette ère qui a vu éclore les pires êtres humains, avoir des personnes fidèles est d’une rareté frappante. Or, comment bâtir solidement sa vie et ses projets sans s’entourer de personnes ayant la fidélité comme principale vertu? Comment pourrait-on développer une nation sans des travailleurs fidèles à leurs engagements ? Mais quelle relation sans fidélité ?


Une personne fidèle, c’est la garantie d’une présence régulière et une oreille attentive au bon moment et sur le long terme. Etre soi-même une personne de confiance, fidèle et constante dans un monde où tous les intérêts convergent vers l’appât du gain, c’est lutter âprement contre sa propre nature à l’école des relations humaines, l’école de la vie. L’école de la vie, celle qui consiste à être au contact quotidien avec nos semblables, avec la nature, la faune, la flore! Cette école dont les clés se retrouvent dans la bonne appréciation de la portée symbolique des éléments qui nous entourent dont le symbolisme des animaux. La nature nous donne l’un des plus beaux exemples de fidélité. Observer l’hirondelle sur un an, c’est tomber sous le charme d’un oiseau dont la nidification fait école de fidélité. L’hirondelle, oiseau de la famille des Hirundinidés fait son nid au même endroit tous les ans tant qu’elle n’est pas empêchée. Pourtant migrateur, africain dès Septembre et européen dès Mars, on a longtemps compté sur cet oiseau pour annoncer le printemps. Dans les recoins de nos habitations, à l’aube de la saison ensoleillée, sous les toitures ou les balcons, une alchimie d’argile et de terre ferme peut donner lieu à des cavités suspendues qu’il ne faut surtout pas détruire. Car, il y a de fortes chances qu’un ami fidèle ait décidé d’y déposer ses œufs. Si vous n’empêchez pas sa nidification, elle reviendra vous faire un coucou l’an prochain à la même saison, en donnant encore la vie. Les hirondelles sont fidèles à l’aire d’éclosion de leurs petits. C’est un symbole de fidélité. Toutefois, vous remarquerez que nous les voyons de moins en moins. Leur nombre se réduit considérablement sous la pression des activités humaines. L’usage intensif d’insecticides nuit à leur survie. Quand il n’y a pas d’insectes, c’est la fringale chez nos adorables hirondelles.

La panthère nébuleuse ou la puissance de la discrétion


La puissance et dextérité résident dans la discrétion. C’est la panthère nébuleuse qui nous l’apprend.


Les chances de l’observer dans les randonnées forestières habituelles sont faibles mais si vous l’apercevez, attention à ne pas vous fier à sa silhouette fébrile et son beau pelage. Il ne faut surtout pas penser à un chat égaré. Cet admirable prédateur possède en effet les plus longues canines dans le rang des félins. Rien ne l’empêche de se frayer un chemin en forêt car il est redoutablement adapté à son territoire : il court, grimpe et adore l’humidité. Furtive et très agile, la panthère nébuleuse observe ses détracteurs de haut, depuis les cimes des arbres et aucune de ses proies ne lui échappe quand elle bondit. Prendre de la hauteur dans les arbres lui permet d’éviter certains combats qu’elle sait infructueux et souvent dangereux. C’est ainsi qu’elle évite les tigres et les léopards. Mais ce qui la distingue des autres prédateurs, c’est le fait que sa puissance égale sa discrétion. La discrétion ! Faut-il ETRE puissant ou SE MONTRER puissant ? Notre félin ne se montre pas puissant, il ne crie pas sa puissance. Il l’est mais reste discret. La discrétion, cette vertu que nous apprend ce bijou faunistique, est rarissime à l’ère de l’exhibitionnisme. Or, la discrétion n’étouffe aucunement la force, bien au contraire, c’est un signe de pouvoir, d’équilibre et de distinction. Entre deux personnalités puissantes, la plus circonspecte reste la plus redoutable. C’est le secret de la panthère nébuleuse du haut de ses 84 centimètres de long et ses 20 kilogrammes à l’âge adulte. Avec elle, la règle première de la nature trouve son essence : manger et ne pas se faire manger. Reconnaissable par sa longue queue qui fait pratiquement sa longueur, notre Dame Discrète a par-delà tout pour se défendre et attaquer efficacement. Elle a l’art du positionnement. De femelles relativement moins imposantes physiquement que les mâles, on retrouve les panthères nébuleuses en Asie du Sud-est, au Bangladesh, en Inde, à Taiwan. Malheureusement, cette espèce est inscrite dans le registre rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) car les chasseurs s’arrachent pour sa peau et la végétation forestière qu’elle adore se réduit inexorablement. Elle pourrait donc bientôt s’éteindre aussi.


Interdépendance faune-flore : un monde d’entraide est possible


L’altérité n’obstrue pas la concorde. Deux cerveaux valent mieux qu’un. ¨Pourtant aujourd’hui, l’idée de différence empêche d’envisager bien de situations d’entente tout en légitimant certaines barrières qu’il ne devrait pas avoir parmi les hommes. Ici encore, la nature nous donne le bon exemple. En effet, le couple faune-flore apprivoise les différences et nous dit que l’idée d’entraide peut rendre toute union possible. La symbiose réside dans la diversité des parties prenantes. Si l’animal social qu’est l’homme, pour des différences religieuses, ethniques, raciales et idéologiques sombre égoïquement dans d’interminables désaccords avec ses semblables, la brousse nous apprend que le règne végétal s’abreuve à la source des pactes d’amitié avec le règne animal.


Faune et flore se savent intrinsèquement vulnérables et par conséquent multiplient les accords avec d’autres espèces jusqu’à lier des amitiés extraordinaires, n’hésitant pas à faire preuve d’incroyables générosités afin de décomplexer la cohabitation.

C’est ainsi que les arbres du genre Acacia s’offrent généreusement en guise de couverture et refuge aux fourmis du genre Pseudomyrmex en échange d’une protection rapprochée contre les ravageurs.


Tout organisme qui s’aventurerait à grignoter les feuilles de l’Acacia devra de prime abord vaincre l’armée fourmilière. C’est un bel exemple de complicité, d’entraide et d’hospitalité. Et si notre société devenait plus hospitalière malgré les différences ? Nos différences originelles et séculaires ont-elles abouti à un meilleur monde ?

N’y aurait-il pas plus d’avantages dans le mutualisme que dans nos antagonismes persistants? Les espèces faunistiques et floristiques n’hésitent pas à se serrer les coudes car elles savent que leurs valeurs augmentent quand elles se mettent au service d’autres espèces.

L’entraide! Sans entraide, le danger est permanent et pourrait venir de partout, surtout du mauvais voisinage. Pour la survie de notre espèce nous n’avons pas été tendres avec les autres espèces.

Piétinée, dévalorisée et bouleversée, cette nature généreuse et inoffensive que nous mettons plus d’énergie à détruire qu’à préserver nous livre malgré tout, les plus grands secrets de vie. Fidélité, patience, courage, discrétion, stratégie, entraide, il y a tout à apprendre avec elle. Des livres entiers ne sauraient révéler pleinement toutes les valeurs que renferme le monde que nous disons sauvage. Cette profusion de beauté, de savoir-faire et de savoir-être que recèle le milieu naturel nous conforte à l’idée qu’elle regorge des éléments essentiels pour forger nos personnes. Cette faune et cette flore méritent tout autant notre attention que notre protection d’où l’urgence de la concentration de toutes nos forces pour recoller les morceaux encore visibles et sauver ce qui reste.



Yves-Landry Kouamé


Références:

https://www.lpo.fr/actualites/cohabiter-avec-les-hirondelles

Holmes, K. 2009. "Neofelis nebulosa" (En ligne), Animal Diversity Web. Consulté le 2 juillet 2020

https://www.wwf.fr/especes-prioritaires/panthere-nebuleuse

Servigne, P., Chapelle, G. (2017). L’entraide - L’autre loi de la jungle, p. 252.

Suivez l'auteur dès maintenant!

Blog Etre Sensible à Son environnement

Facebook

Twitter

Instagram



16 vues
 

©2020 Ozone. Tous droits réservés, toute reproduction doit respecter les conditions de la licence CC-BY-NC-SA 4.0 ou requiert l’obtention d’un accord écrit.

Ce(tte) œuvre de Ozone est mise à disposition selon les termes de la

la licence CC-BY-NC-SA 4.0
Fondé(e) sur une œuvre à www.myozone.info.